Languedoc-UFOLOGIE
Bonjour et bienvenue sur le forum Languedoc-Ufologie.

Pour accéder a toutes les parties du forum veuillez vous inscrire, si vous ne savez pas comment faire une inscription un tutoriel en images est consultable au début du forum.
Derniers sujets
» Darkbobo (exosphere overblog)
Jeu 20 Avr - 22:52 par Darkbobo

» présentation
Jeu 16 Fév - 7:28 par Alex34

» SAINT-CYPRIEN (66) 26.07.2014 B
Dim 8 Jan - 9:55 par Alex34

» NISSAN-LEZ-ENSERUNE (34) 04.08.2013 A
Dim 8 Jan - 9:48 par Alex34

» MONTPEZAT (30) 12.08.2016 A
Dim 8 Jan - 9:45 par Alex34

» LAPEYROUSE-FOSSAT (31) 15.11.2016 A
Dim 8 Jan - 9:40 par Alex34

» BALMA (31) 03.08.2016 A
Dim 8 Jan - 9:27 par Alex34

» SENTENAC-D'OUST (09) 30.07.2016 A
Dim 8 Jan - 9:24 par Alex34

» VALADY (12) 08.11.2015 B
Dim 8 Jan - 9:20 par Alex34

Partenaires


ovni-languedoc


odhtv

parlons-ovni.fr

topsecret.fr

cercles-suricate

OVNIs et Êtres Vivants d'Ailleurs

les repas ufologique

ufologie et paranormal
Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier


PETIT DICTIONNAIRE UFOLOGIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PETIT DICTIONNAIRE UFOLOGIQUE

Message par BOUSQUET le Mar 26 Jan - 11:00

A

ABDUCTIONS.

Expression qui vient de l’anglais. Un « abducté » (« abductee ») est une personne qui prétend avoir été enlevée (kidnappée) contre son gré, pour subir diverses expériences traumatisantes (souvent à bord d’un OVNI). Contrairement à ce que l’on croit, le phénomène n’est pas nouveau, même s’il a évolué au fil du temps. Antonio Villas Boas (Brésil, 1957) et les époux Betty et Barney Hill (Etats-Unis, 1961) sont les cas les plus connus, mais il y en a des dizaines d’autres…

ADAMSKI.

Georges Adamski (1891-1965) est l’un des plus célèbres « contactés », qui affirma avoir rencontré des « Vénusiens » en 1952 dans le désert californien. Orthon (puisque c’est le nom de « son » extraterrestre) lui aurait délivré des messages d’ordre pacifique et écologique… Il assura plus tard avoir fait d’autres voyages à bord d’une soucoupe volante, puis fut traité d’escroc et d’illuminé quand les photos qu’il prétendit avoir prises se révélèrent être de vulgaires trucages. Mais le nom d’Adamski fit son chemin (on trouve encore facilement ses livres aujourd’hui).

AFR. 200-2 et AFR. 80-17.

Il s’agit d’un règlement américain (Air Force Regulation) qui avait pour but de réduire le pourcentage de cas non identifiés. Comme pour la Janap 146, les militaires américains qui observaient alors un phénomène inexpliqué devaient impérativement garder le silence sous peine de fortes amendes et de peines de prison. La première circulaire date de 1953, la seconde de 1966 (voir aussi JANAP 146).

ANIMAUX INCONNUS.

La cryptozoologie est l’étude des animaux inconnus (ou animaux cachés) ; certains n’ont pas manqué de faire des corrélations avec le phénomène OVNI. On trouve des animaux inconnus en Chine (l’homme sauvage du Hubei), dans le Caucase (l’alhasti, almasty, ou homme des bois), au Tibet (yéti, ou homme des neiges), en Amérique du nord (sasquatch, bigfoot), en Sibérie (toungou, tchoutchouna), au Congo (mokélé-mbembé) ; ce à quoi il faut ajouter les monstres marins, tel le célèbre « monstre du Loch Ness » écossais…

ARCHEOLOGIE MYSTERIEUSE.

De nombreux ouvrages nous ont entretenus sur des mystères non résolus, de découvertes archéologiques qui peuvent faire penser que notre planète a reçu la visite d’extraterrestres dans un lointain passé. De nombreuses gravures rupestres témoigneraient de cette intervention extérieure, même s’il est parfois bien difficile d’interpréter de tels dessins où figureraient des OVNI et des créatures étranges; on en trouve, pour ne citer que quelques exemples des plus significatifs, à Pech Merle (Lot), à Niaux, Ussat et les Trois Frères (Ariège), mais aussi à l’étranger : Altamira et La Cullavera (Espagne), Varzelandia (Brésil), Val Camonica (Italie), Sefar et Jabbaren (Algérie), etc. Quelques auteurs ont largement écrit sur le sujet et en ont fait leur spécialité (Robert Charroux pour la France, Erick Von Danicken pour la Suisse, Peter Kolosimo pour l’Italie, etc.). Il n’y a pas que dans les grottes que l’on peut trouver des signes d’éventuelles interventions extérieures à notre planète : qui n’a pas entendu parler des « vimanas » (sortes de soucoupes volantes observées en Inde au 6ème siècle avant JC), du mystère des statues géantes de l’île de Pâques, des figures géométriques de Nazca au Pérou (qui ne peuvent être admirées que du ciel), des alignements mégalithiques de Stonehenge, de la dalle de Palenque au Mexique (qui représenterait un pilote sur sa drôle de machine), de l’énigme des Dogons (qui semblaient aussi forts en astronomie que nos derniers spécialistes), de celle de la « pile électrique » retrouvée à Bagdad (qui date de plus de 2000 ans), et ainsi de suite ?

ARNOLD.

Kenneth Arnold était un hommes d’affaires américain qui vit le 24 juin 1947 neuf disques brillants, alors qu’il se trouvait aux commandes de son petit avion. La description du phénomène fut celle de « soucoupes ricochant sur l’eau » : le terme était né ; il allait faire son chemin… Mais il ne faut pas confondre l’ère nouvelle des soucoupes volantes qui débutait alors avec Arnold, et le début des observations d’OVNI, qu’on n’appelait pas encore ainsi, des OVNI que l’on observe depuis la nuit des temps…


ATLANTIDE.

L’Atlantide serait un continent disparu après un cataclysme, dont on n’a malheureusement toujours pas retrouvé de trace… De nombreux ufologues ont ensuite fait le lien avec les OVNI, émettant l’hypothèse que des visiteurs extraterrestres auraient pu nous rendre visite par le passé (d’où la découverte, par exemple, de gravures rupestres que l’on classe dans la catégorie de l’ « archéologie mystérieuse », chère à Robert Charroux (1909-1978). On peut envisager –ou imaginer- que des extraterrestres soient intervenus dans le cours de l’histoire de notre civilisation, mais aussi qu’il ait pu exister une civilisation évoluée brusquement anéantie par un cataclysme.

ATTERRISSAGES d’OVNI.

De tous temps, les OVNI ne se sont pas contentés d’observer notre monde du ciel, ils ont atterri, en tous points de la planète et laissant, parfois, des traces physiques. On retrouve de très nombreux cas d’atterrissages d’OVNI dans toute la littérature ufologique, et il serait bien fastidieux et subjectif d’en sélectionner ici.


B

BASES.

Des OVNI ont été vus sortir de « trous » sur notre planète et même des eaux ou y entrer, ce qui a fait supposer à certains ufologues qu’il pourrait exister des bases sur notre Terre. Une hypothèse comme une autre, en somme…

BEDROOM VISITORS.

Certains témoignages font état de personnes réveillées chez elles et « enlevées » par des entités, traînées parfois jusqu’à des OVNI. Ce sont des témoignages de « Bedroom visitors » (littéralement « visiteurs de chambre »)…

BERMUDES (triangle des).

De nombreux bateaux et avions se sont mystérieusement évaporés dans cette zone du sud-est des Etats-Unis. Défaillances humaines ? Conditions météorologiques exceptionnelles ? Contraction de l’espace-temps ? Interventions d’OVNI ? Expériences bien terrestres ? Le « triangle » ne fait plus beaucoup parler de lui depuis quelque temps.


BLUE BOOK.

En 1952, une commission tout à fait officielle et américaine chargée d’étudier le phénomène s’appellera Projet Blue Book (projet livre bleu), nom qu’elle conservera jusqu’en 1969.


BRUIT des OVNI.

Chuintements, sifflements, bourdonnements, ronronnements, explosions, ou absence de bruit : on trouve de tout dans les témoignages d’observations. L’absence de bruit serait cependant prépondérante (estimée entre 70% et 90 % selon les études effectuées). Le phénomène semble également émettre des infra sons ou des ultra sons, ce qui expliquerait que les animaux ressentent leur présence avant l’homme.


BRULURES.

Dans certains cas (assez rares mais qui existent), on observe des brûlures sur la végétation, sur les animaux et sur les hommes. Les brûlures font donc partie d’un des éléments de traces physiques et d’effets constatés.
 
BPNI et BONI.

Certains témoins perçoivent parfois des Bruits Persistants Non Identifiés, et même des Bruits d’Origine et de Nature Inconnue, mystérieux et non expliqués. Il peut s’agir de sifflements, de bruits d’explosions, de détonations ou autres.


C

CANULARS.

Même s’il ne faut pas négliger le sujet, les canulars ne constituent qu’une infime partie de la masse des témoignages enregistrés. Les témoins se trompent, souvent, mais ne prennent pas un malin plaisir à faire des faux témoignages auprès d’enquêteurs privés ou officiels.

CHALEUR (effets calorifiques des OVNI).

Il existe des cas de chaleur, dégagée par les OVNI et ressentie par les témoins dans toutes les parties du monde (15/10/54 à Rovigo en Italie, 20/05/67 à Falcon Lake au Canada, 1/7/54 à Griffis aux Etats Unis, 3/11/57 à Porte Alegre au Brésil, 12/1/66 à New York, etc.) et en France (plusieurs dizaines de cas) ; ces effets thermiques sont également ressentis sur la végétation et il est même arrivé que des témoins aient été hospitalisés suite à de graves brûlures lors d’une observation !

CHEVEUX D’ANGE.

Dans certains cas (Oloron, 17/10/1952, Gaillac, 27/10/1952, mais aussi Nuremberg, 14/10/1561, Besançon, 20/10/1954, Graulhet, 13/10/1954, Vienne, 18/10/1954, etc.) , il a été observé derrière les objets (ou consécutivement à l’apparition) une matière blanchâtre comparable aux « fils de la vierge », dont la consistance est souvent comparée à de la soie, qui se désagrège ensuite, et qui a pris le nom de « cheveux d’ange ».

CONDON (rapport et commission).

Le docteur Edward U.Condon, physicien américain, est l’auteur, en 1969, du « Rapport Condon », une étude du dossier OVNI qui lui avait été confiée. Le public, qui attendait de cette commission toute la lumière sur le problème, fut déçu, puisque le rapport ne conclut pas à la reconnaissance du phénomène ; mais cette étude, de 937 pages, ne dit pas en fait que les OVNI n’existent pas, mais qu’ils ne représentent aucune menace pour la sécurité des Etats-Unis, une nuance de taille… L’étude, il est vrai, ne fut pas très objective, mais pas totalement négative, contrairement à ce que l’on croît.



CONTACTES.

Les contactés sont des personnes qui prétendent avoir été ou être en contact avec des occupants des OVNI . Ils sont souvent volontaires dans ces expériences –contrairement aux abductés qui le sont contre leur gré- et sont considérés comme « sélectionnés » pour accomplir une quelconque tâche, voire « élus »…

COULEURS.

Une particularité intéressante revient souvent : la difficulté pour les témoins de restituer exactement les couleurs du phénomène observé. Très souvent, lors d’enquêtes, nous nous sommes entendu dire : « Je ne peux pas vous dire exactement de quelle couleur c’était », « c’était indéfinissable », « il y avait des couleurs surnaturelles »… D’où l’habitude que de nombreux ufologues prirent (et semblent avoir perdue d’ailleurs depuis quelques années), de présenter systématiquement aux témoins un nuancier de couleurs, afin de « resserrer la fourchette » au maximum. Il n’y a pas que des soucoupes oranges du plus bel effet, mais aussi un large éventail de couleurs observées, lumineuses ou non (les objets seraient lumineux dans plus de 60% des cas), avec, pour les objets lumineux, un fort pourcentage de blanc et de rouge, et pour les objets non lumineux, du « métallique » ou du gris . Notons qu’il y a, d’une part, des couleurs même des objets observés, et d’autre part, celles qui semblent liées à leur mode de propulsion…

CRASHES.

Non seulement des témoignages font état de collisions avec des OVNI, mais il y aurait eu également des crashes… Le plus célèbre est celui de Roswell (Nouveau Mexique, 1947), mais il y en aurait eu d’autres, en de nombreux points de la planète et à toutes les époques : au Nouveau Mexique en 1948, en Norvège en 1946, en Argentine en 1955, en 1965 et en 1978, en Colombie en 1968, au Mexique en 1967 et en 1977, au Brésil en 1958 et 1996, etc.

CROP CIRCLES.

Les « crop circles », ou cercles de culture, sont des dessins géométriques très complexes faits dans les champs de blé, où les épis sont trouvés couchés et aplatis. Ce phénomène est observé depuis les années soixante, d’abord dans le sud de l’Angleterre, puis dans tous les pays du monde. De nombreuses hypothèses ont été émises pour expliquer ces bizarreries, allant des extraterrestres à l’origine militaire ; il a été plus facile cependant d’accuser deux « pépés farceurs » anglais qui avouèrent en être les auteurs, même si le nombre des cercles est évalué à plus de 5000, s’ils sont réalisés en un temps record, et s’ils sont de très grandes dimensions… Comprenne qui pourra ! Le phénomène des crop circles a connu de forts retentissements dans les années 1980, même si l’on retrouve des témoignages beaucoup plus anciens. Les figures semblent d’ailleurs se compliquer au fur et à mesure : s’il s’agissait uniquement, au départ, de simples épis de blé couchés, les dessins, aujourd’hui, consistent en des formes beaucoup plus complexes.


D

DEGATS causés par les OVNI.

Radioactivité, dessèchements, dégâts divers sur les voitures et les habitations, incidences sur la végétation et sur l’être humain ; la liste serait bien longue, de tous les dégâts causés par le passage des OVNI (qui ne constituent heureusement pas la majorité des cas).

DISQUES DIURNES.

Les disques diurnes sont les phénomènes rapportés en plein jour, contrairement aux « lumières nocturnes » (voir plus loin). Leur contour est assez bien défini, mais il y a aussi des « objets flous ». Cette catégorie constitue 20% de l’ensemble des phénomènes rapportés.

DRONES.

Les drones sont des avions sans pilote, très légers et maniables, qui ont parfois été pris pour des OVNI. L’inconvénient est que, comme tout produit militaire, il est encore assez difficile de se documenter sur ces engins.


E

EFFETS sur l’environnement, les hommes et les animaux.

Ils sont nombreux. Il y a les traces d’atterrissages sur le sol, les effets électromagnétiques avec des dérèglements ou des pannes sur les appareils (voitures, montres, boussoles, radios,…), les effets physiques sur les témoins (fourmillements, brûlures, cécité, paralysies, …), ses effets psychologiques (frayeur, états de choc,…), les effets sur les animaux (agitation, refus d’avancer, morts, effets divers).


F

FOLKLORE.

On peut retrouver dans le folklore de nombreuses corrélations avec nos modernes apparitions d’OVNI : il est intéressant d’y retrouver des descriptions d’êtres fantastiques, mais aussi la notion du temps qui s’y déroule autrement, des « enlèvements » et autres bizarreries… Concernant les êtres observés, il existe dans le folklore une diversité tout aussi déconcertante que pour les occupants des OVNI : lutins, fées, gnomes, farfadets pour les plus connus…




FOO FIGHTERS.

C’est pendant la seconde guerre mondiale que des pilotes de combat anglais observèrent des « chasseurs fantômes » qui suivaient leurs avions ; ces objets étaient des petits disques, invulnérables et très rapides, qui furent pris pour des armes adverses et surnommés « foo fighters » ; mais de leur côté, les allemands faisaient les mêmes observations, et les appelaient « kraut bolids »…


FORMES des OVNI.

Les OVNI, ce ne sont pas que des soucoupes, ce sont des boules ou des points lumineux, des triangles, des formations entières, des « cigares »,… donc des formes les plus diverses. Il y aurait près de cent cinquante formes d’OVNI différentes mais l’on pourrait poser la question différemment : n’y aurait-il pas aussi des témoins qui décriraient un OVNI différemment ? Là où un fermier décrira un « œuf », un rugbyman verra un objet « en forme de ballon de rugby », ou un cuisinier rapportera son observation d’un objet « en forme de bol renversé »… De plus, un même objet, vu sous un angle différent (de dessus, de dessous, par la tranche), peut donner lieu à des descriptions différentes. Enfin, il faut ajouter la fragilité du témoignage humain, pour voir qu’on est loin d’être « sorti de l’auberge »… Tenons-nous le pour dit : il y a une pléthore d’objets observés, même si le disque, ou la soucoupe, fait partie des descriptions les plus courantes .


F.O.I.A., Freedom of Information Act.

Il s’agit de la loi sur la liberté de l’information, qui date de 1966, et qui permet depuis aux citoyens américains de demander un accès aux documents administratifs qui sont « déclassifiés ». En France, nous avons un équivalent avec la C.A.D.A., la commission d’accès aux documents administratifs, que nous pouvons saisir lorsqu’une administration refuse de divulguer certaines informations en sa possession.



G

GEIPAN.

Le GEIPAN (Groupement d'études et d'information sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés) s'intitulait le GEPAN à sa création (sans le « i » de l'information). Cet organisme officiel, dépendant du Centre National d'Etudes Scientifiques à Toulouse, avait été créé en 1977 et avait à sa tête Claude Poher. Il a ensuite changé plusieurs fois de directeurs (Alain Esterlé, entre 1978 et 1983) et d'appellation : ainsi, en 1988, le GEPAN devenait le SEPRA (Service d'Expertise des Phénomènes de Rentrées Atmosphériques) avec à sa tête Jacques Vélasco. Dirigé ensuite par Xavier Passot jusqu'à la fin 2015, le GEIPAN est une petite structure qui enregistre, enquête, étudie le phénomène ; s'il trouve souvent des explications aux observations récoltées, environ 10% des cas restent « non identifiés » et résistent à l'analyse. Ajoutons que le GEIPAN préfère parler de PAN (phénomènes aérospatiaux non identifiés) que d'OVNI (objets volants non identifiés), le terme OVNI suggérant plutôt que nous soyons en présence d'un phénomène bien matériel du genre « nuts and bolts » (tôles et boulons).



H

HET.

De nombreuses hypothèses ont été émises pour tenter d’expliquer l’origine du phénomène OVNI, dont l’HET., ou hypothèse extraterrestre : notre planète serait-elle visitée par des engins matériels venus d’ailleurs ? Longtemps en vogue, elle a été ensuite de moins en moins retenue. S’il n’y a presque plus personne, aujourd’hui, pour douter de l’existence de vies extraterrestres, il en va autrement pour trouver là la solution au problème posé par les OVNI.


HISTOIRE (les OVNI dans l’)

Si l’ère « moderne » des OVNI commence en 1947 avec l’observation de K. Arnold aux Etats-Unis, de très nombreux témoignages peuvent être retrouvés dans l’histoire et la préhistoire. Plus les témoignages sont anciens, plus il est évidemment difficile d’y voir clair… Notons simplement qu’on peut retrouver des traces d’observations qui peuvent faire penser à des OVNI jusque dans la Bible, où l’on parle de « chars de feu », de « nuées multicolores », où l’on voit « se déchirer les cieux », où l’on voit « les étoiles qui brûlent », etc. Dans toute les mythologies, on voit aussi des « dragons ailés » et autres « prodiges ». On a découvert dans les grottes préhistoriques de très nombreux graffitis (Val Camonica en Italie, Altamira en Espagne, en France dans le Lot et en Dordogne, etc.) où figurent des objets discoïdaux, ainsi que d’étranges créatures casquées. Il y a trois mille ans, les constructions des pyramides en Egypte posent de nombreux problèmes : comment accéder à une telle perfection ? Comment expliquer leur alignement avec certaines constellations ? Pourquoi alors ne pas imaginer que des civilisations extraterrestres soient intervenues ? Questions sans réponses…(voir à « Archéologie mystérieuse »).


HUMANOIDES.

Dans certains cas, les témoins affirment avoir observé des êtres à bord (ou à côté) des OVNI, qui ressemblent assez souvent à l’être humain, d’où la dénomination d’ « humanoïdes ». On les appelle aussi « occupants », ou « ufonautes » (de l’anglais ufonauts) et donc, même, « ovnautes » (occupants d’OVNI). Même s’il est difficile de dresser un portrait robot des humanoïdes, de par la diversité des cas, on peut dire qu’ils sont majoritairement de taille comprise entre 0,70 et 1,20 mètre (même si l’on a pu observer des nains et des géants !). Leur crâne est énorme (ou du moins, beaucoup plus gros que la moyenne), les oreilles sont pointues (ou non apparentes), la bouche très fine, les yeux allongés (ou globuleux), le nez plat. Contrairement aux idées reçues, ils ne sont pas « verts » (il existe des cas, mais peu nombreux), mais ils peuvent aussi être monstrueux (on a relevé des témoignages de cyclopes, et même de véritables créatures cauchemardesques). Quant à leur comportement face aux témoins, tout n’est qu’une question de subjectivité : ils paraissent intelligents, il semble que nous ne les intéressions pas outre mesure, des contacts sont parfois pris (soit dans la langue des témoins, soit en langue étrangère, soit encore par télépathie)…

HORAIRE (répartition horaire des apparitions).

De nombreuses études indépendantes françaises et étrangères ont toutes abouti à des résultats similaires : les OVNI se montrent plus la nuit que le jour, avec un maximum entre 19h et 23 h et des « pointes » significatives entre 20h et 22h.


I


ICE CIRCLES.

C’est nouveau : après les « crop circles » (ronds dans les blés), voici les ice circles, ronds sur les lacs gelés, dont les tracés sont en tous points semblables. De telles observations auraient été faites notamment en Ontario (le 2/12/2000) et dans les Laurentides (Québec, 19/12/2000).

IDEES RECUES SUR LES OVNI (quelques).

Beaucoup d’affirmations sont fausses, parmi lesquelles :
Seuls les « fans » signalent des apparitions d’OVNI ;
Les observations sont faites par des personnes peu dignes de foi ou illettrées ;
Les scientifiques ne signalent pas d’observations d’OVNI ;
Les OVNI n’ont jamais été repérés au radar, pris en photo, observés par des astronomes ou des pilotes de ligne ;
Il n’y a jamais de traces ou de preuves physiques ;
Etc. …

IMPLANTS.

L’histoire de l’ufologie ne se cantonne pas à des observations de « soucoupes » : il y a aussi des témoins qui affirment avoir été « enlevés », avoir subi des examens médicaux à bord d’engins et être « suivis » grâce à des implants, de la taille de quelques millimètres, insérés dans divers endroits du corps humain… Inutile de dire que si l’on a réellement observé des blessures ou des cicatrices inexplicables chez certains témoins, voire même extrait de minuscules corps étrangers, nous en sommes uniquement au stade des supputations : on attend avec impatience les résultats de soi-disant analyses desdits implants ! Il nous faut à l’heure actuelle nous contenter d’anecdotes, d’affirmations non fondées, en espérant que le problème soit pris à bras le corps par des scientifiques afin de ne plus nous laisser dans cette incertitude… Depuis quelques années en effet, des « spécialistes » des implants courent la planète pour montrer ces objets récupérés, mais nous n’en savons pas davantage quant à l’origine de ces minuscules corps étrangers qui seraient artificiels.

IMPREGNATION géographique du phénomène OVNI.

Lorsque plusieurs observations sont faites en un même endroit, on parle d’ « imprégnation » du phénomène. Il semblerait qu’il y ait là une voie intéressante de recherche (certains ufologues ont tenté des explications et des hypothèses non vérifiées, voir également à lieux stratégiques).

INTENTIONALITE du phénomène.

Les OVNI semblent se poser près d’habitations, au bord des routes, semblent vouloir se faire observer ; parfois, lors d’un contact, « quelque chose » veut être transmis, que nous ne comprenons pas toujours ; des témoins disent aussi que « quelque chose m’a fait lever les yeux au ciel », « ils semblaient vouloir apparaître à ce moment précis », etc. : il s’agit donc de rencontres intentionnelles (on parle aussi d’ostentation du phénomène comme si les OVNI, qui auraient bien pu passer inaperçus, voulaient absolument se montrer aux témoins). Le phénomène semblerait donc sélectif, et se montrerait uniquement à des témoins bien précis.

INTRA-TERRESTRES.

Les OVNI viendraient-ils du fond des océans ou des volcans, et apparaîtraient-ils à nous depuis des « trous » qui leur serviraient de couloirs (pôle sud et pôle nord) ? Cette hypothèse de la « Terre creuse » n’a pas été longtemps retenue et n’a pratiquement plus cours aujourd’hui, mis à part dans certains milieux qui se nourrissent d’anecdotes non vérifiables.



J

JANAP 146.

Il s’agissait d’une directive américaine qui date de 1953 (Joint Army Navy Air Force Publication) concernant non seulement les pilotes militaires, mais aussi les commandants de bord des lignes aériennes et maritimes, ainsi que leurs équipages, qui prévoyait des sanctions contre ceux qui divulgueraient des informations sur les observations de phénomènes non identifiés (voir aussi AFR 200-2, mais il y eut aussi d’autres règlements : PRNC. en 1954, OPNAV. en 1959, …) Les observations d’OVNI devaient alors faire l’objet de rapports circonstanciés d’après des questionnaires spéciaux, très précis et détaillés, qui étaient remis aux observateurs.


L


LEURRES.

De nombreux auteurs parlent depuis quelques années de «leurres » qui nous sont présentés, de telle sorte qu’il nous serait quasiment impossible de comprendre le phénomène OVNI. Insaisissables, incompréhensibles, les phénomènes qui nous sont « servis », chaque fois différents, personnalisés en quelque sorte en fonction de nos psychismes, rendraient volontairement vaine toute tentative d’éclaircissement…

LUNE.

La lune a toujours fasciné l’homme ; certains y auraient vu évoluer des OVNI, d’autres émettent l’hypothèse qu’il pourrait exister des bases secrètes sur notre satellite, d’autres encore ont tenté de trouver des corrélations entre le nombre des observations de « vagues » d’OVNI et le rapprochement Terre-Lune à des périodes données. Il existe en outre des photos d’ « anomalies lunaires » et des questions restées sans réponse sur bien des sujets (annulations de programmes lunaires, pannes mystérieuses, non divulgation de photos, observations faites par des cosmonautes, formations géométriques recensées et ainsi de suite…) Bref, la lune est régulièrement l’objet de préoccupation et de mystère, et les publications qui y ont trait vont des plus sérieuses et intéressantes au plus farfelues.

LUMIERES NOCTURNES.

Les lumières nocturnes sont les phénomènes observés la nuit, offrant malheureusement aux chercheurs un minimum de renseignements pouvant permettre une étude complète des cas. D’abord, parce que de nombreux objets naturels et artificiels peuvent paraître étranges aux yeux d’une personne non avertie ; ensuite, parce que, la nuit, il est beaucoup plus difficile de prendre des points de repères (altitude, distance, etc.). Ceci dit, il y a de « bons » cas de lumières nocturnes restés non identifiés après enquêtes, de phénomènes lumineux paraissant évoluer dans le ciel et ayant un comportement « intelligent »… Environ 70 % des observations ont lieu la nuit et sont donc classées « lumières nocturnes ».

LUMINOSITE des OVNI.

Selon la provenance de statistiques entreprises, les OVNI sont lumineux dans 40% des cas, dans 60% selon d’autres sources. De toute façon, il y a là nettement une prépondérance de phénomènes lumineux (voir aussi à couleurs des ovnis).


M

Apparitions MARIALES.

Parmi les relations pouvant être rapprochées entre les OVNI et les autres phénomènes connexes, on trouve les apparitions mariales (apparitions de la Vierge Marie), qui méritent parfois la comparaison : il y a concordance de temps, de témoins, de lieux, mais aussi d’intéressantes corrélations faites sur les effets physiques et psychologiques, sur les « messages » délivrés, etc.

MARS.

Même chose que la Lune : Mars fascine et intrigue. Des figures géométriques y auraient été découvertes à sa surface et l’on reparle épisodiquement des fameux « canaux de Mars » (quand même depuis le milieu du dix-neuvième siècle !), qui auraient été construits… par qui ? La science, qui a longtemps refusé l’hypothèse d’une vie extraterrestre, a admis qu’il aurait pu y exister une forme de vie et, dernièrement, a découvert des traces d’eau, donc… de vie. Ce qui ne veut pas dire qu’il y a des petits hommes verts sur la planète… rouge ! Quoiqu’il en soit, le mythe des « martiens » a perduré. Pour en revenir au problème OVNI plus directement, notons que certains chercheurs ont trouvé des corrélations entre les phénomènes de « vagues » (nombreuses observations dans une période donnée) et le rapprochement de cette planète.

MIBs.

Les MIBs (de l’anglais « Men In Black », hommes en noir) sont liés ou non aux OVNI et aux autres phénomènes inexpliqués. Des témoins mais aussi des enquêteurs affirment en avoir rencontré partout dans le monde. On les a suspectés d’être des agents secrets, des membres d’agences gouvernementales plus ou moins sombres, d’être des extraterrestres, ou même des humains conditionnés par des « entités supérieures » pour accomplir des missions sur Terre… Comme leur nom l’indique, ils sont généralement vêtus de noir, semblent sortir d’une autre époque (ils voyagent à bord de vieux modèles de voitures américaines mais flambant neuves) et leur comportement est très étrange : ils dissuadent les témoins de parler ou des enquêteurs de poursuivre leurs recherches, ils semblent parfois « ne pas toucher le sol », apparaissent et disparaissent « comme par enchantement », etc. Leur aspect général fait penser à des employés de pompes funèbres ( !) et les histoires mettant en scène des MIBs sont vraiment absurdes… Mais des histoires apparemment absurdes, nous en avons une collection et cette absurdité ne serait-elle pas, justement, voulue, d’une part pour entretenir un sentiment de peur d’ordre psychologique chez les témoins et, d’autre part, pour conforter les sceptiques dans leur idée que tout ceci n’est qu’inventions, fantasmes, croyances, etc. ?

MIMETISME du phénomène OVNI.

Souvent, le phénomène semble tromper l’observateur, et on constate qu’il imite ce que nous connaissons : objets naturels et/ou artificiels (lune, soleil, ballons, avions, lasers, etc.). L’apparence que le phénomène prend parfois est mimétique non seulement dans les formes des objets observés, mais aussi, parfois, dans son comportement lors de rencontres témoins-occupants , ce qui rend le problème encore plus complexe ! De là à penser que des « êtres supérieurs » feraient avec nous ce que nous faisons nous-mêmes avec les animaux et même avec toute intelligence inférieure en mimant leur comportement, il n’y a qu’un pas… qu’on peut franchir !

MIRACLES.

Certains miracles, ou présentés comme tels par les catholiques convaincus, peuvent être rattachés à l’ufologie (tout comme peuvent y être rattachées les observations de « Dames blanches », de fantômes, etc.), ceci par leur grand nombre de corrélations possibles entre ces apparitions (voir par exemple Fatima –Portugal, 1917- pour ne citer qu’un cas, peut-être le plus célèbre). Quelques ufologues se sont d’ailleurs « spécialisés » dans ce domaine, tout comme d’autres l’ont fait pour les NDE (near death experiences), et nous ont proposé des études diverses, des corrélations entre les miracles et les apparitions d’OVNI.


MISSING TIME.

De l’anglais « temps manquant », ce terme a été surtout utilisé lors des rencontres rapprochées, mais aussi –et surtout- lors des « enlèvements » à bord d’OVNI : les témoins notent à leur « retour » que le temps s’est déroulé de manière différente pendant leur observation (ou leur enlèvement). Parfois, leurs montres ne marquent plus l’heure exacte ; leur barbe a anormalement poussé ; leur trajet sur la route a été anormalement long ; il existe des témoignages de personnes croyant avoir passé une heure à bord d’un OVNI, alors qu’elles ont été signalées disparues depuis plusieurs jours ; etc. A noter que ces « anomalies » de distorsion temporelle ne sont pas récentes, puisqu’on en signale à toutes les époques, en remontant dans le folklore, et même jusqu’à la Bible. L’idée n’est plus folle selon laquelle le temps pourrait passer plus ou moins vite selon l’endroit où l’on se trouve. Le temps serait-il une autre dimension ?



MJ 12.

L’ufologie connaît ses « révélations », ses « découvertes de documents secrets », avec leurs preuves ou leurs assertions invérifiables, c’est selon ; un exemple, celui du MJ 12 (Majestic 12), qui serait une commission ultra secrète, créée en 1947 pour étudier les restes d’une soucoupe tombée au sol sur le territoire des Etats-Unis… Chacun aura reconnu là le fameux « crash de Roswell ». Il y aurait eu, comme cela, d’autres commissions, d’autres groupes, à des périodes différentes. Quant aux documents, le vrai se mêlant au faux, quand ce n’est pas du vrai-faux ou du faux-vrai ( !), il est extrêmement difficile d’y reconnaître ses petits dans tout ce qui circule sur le sujet depuis plus de vingt ans. Information, désinformation, manipulation, … De faux documents ont manifestement été créés, mais dans quel(s) but(s) ?

MUTILATIONS.

Autre sujet, délicat s’il en est : les mutilations de bétail, qui demanderaient à elle seules de longs développements. Contrairement à ce que l’on croit, les Etats-Unis n’ont pas été le seul pays a avoir été touché par le phénomène, mais aussi le Japon, le Moyen Orient, l’Europe… De quoi s’agit-il ? Des animaux (principalement des bovins et des ovins) sont retrouvés morts, vidés de leur sang, parfois mutilés (il leur manque les yeux, et/ou la langue et/ou les parties génitales…) Les constats de disparition ou de découverte de ces animaux morts peuvent ou non coïncider avec des apparitions d’OVNI. Parfois, les os des bêtes mortes sont brisés, comme si elles avaient été aspirées puis relâchées dans le vide. Les blessures sont faites de façon chirurgicale. Aucun prédateur ni charognard ne s’approche des bêtes mutilées. De nombreuses enquêtes n’ont pas abouti, toutes les hypothèses ayant été envisagées puis rejetées ( animaux prédateurs, sectes, …) Le lien avec le phénomène OVNI a pu être établi par le fait que la précision de ces opérations suppose une technologie très avancée ; que des lumières étranges ont été parfois observées sur les lieux même des mutilations ; que certaines traces relevées peuvent être comparées à celles que laissent les OVNI ; ajoutons que de mystérieux hélicoptères sans immatriculation auraient également été observés sur les lieux et que le phénomène tend à prendre de l’ampleur, et l’on aura là un aperçu (très résumé) du problème qui se pose…


N

NDE.

Autre corrélation faite entre le phénomène OVNI et un phénomène connexe : les NDE, ou « Near Death Experiences » (autre terme anglais signifiant « expériences proches de la mort », ou « expériences de mort imminente »). Des similitudes ont en effet été trouvées entre les NDE et les expériences OVNI, mais plus particulièrement ici avec les « enlèvements » (ou « abductions ») : les travaux de Kenneth Ring, par exemple, montrent des similitudes intéressantes entre les individus qui affirment avoir été enlevés par des extraterrestres et ceux qui ont vécu des expériences de mort imminente.

NIDS de soucoupes.

Phénomènes anciens (un peu oubliés et mis de côté par les ufologues), les « nids de soucoupes » ont été appelés ainsi, dès 1966, lors d’observations australiennes. Les nids de soucoupes étaient-ils les précurseurs des modernes « crop circles » ? Les témoins découvraient, au sol, des roseaux ou des épis de blé couchés, dessinant un cercle parfait. Ici aussi, on retrouve d’étonnants témoignages de ces phénomènes… jusqu’au 17ème siècle en Angleterre.

NOMBRES.

« Combien y a t-il de témoins en moyenne pour chaque apparition d’OVNI ? » ; « Combien de témoins ont vu des OVNI ? » ; « Combien d’OVNI ont été observés, et depuis quand ? » ; qui n’a pas entendu ces questions… auxquelles il est bien difficile de répondre !
Une apparition d’OVNI peut avoir un témoin comme cent, et c’est une idée fausse que de croire qu’un témoin est toujours seul (il y a plus d’un témoin dans 65% des cas, 10 témoins dans 9% des cas, et 100 témoins dans 3% des cas).
10% de la population en moyenne voient un OVNI au cours de leur vie, ce qui est beaucoup et peu : beaucoup, parce que cela fait tout de même plus de cinq millions de témoins (français uniquement !), et peu parce que cela veut dire que les 90% restants resteront sur leur faim ! Notons que ces chiffres ne sont qu’approximatifs, puisque les témoins ne parlent pas toujours, et que les enquêteurs n’ont pas toutes les données à leur disposition. Aux Etats-Unis, un sondage a montré que le nombre des témoins ne cessait d’augmenter, passant de 7% à 15% de la population en dix ans ; j’ajouterai que ces chiffres ont déjà vingt ans d’âge, et je vous laisse le soin de faire le calcul global… Enfin, les études faites sur les témoins (profession, âge, attitude, etc.) ont montré des résultats similaires dans tous les pays concernés. Tout en étant moins précis sur les chiffres, on peut citer J. Vallée et J. Allen Hynek qui affirmaient : « Des calculs statistiques élémentaires indiquent que le nombre total d’événements OVNI (…) dans le monde doit être stupéfiant. »
« Oui, mais »… A partir de ces chiffres, combien reste-t-il de « vrais » OVNI ? Entre 5 et 8 % d’après les services officiels (GEPAN, gendarmeries), 10 à 20% d’après certains groupements privés de recherche. On entend par « vrais ovnis » les cas qui ont résisté à l’analyse, qui n’ont pas pu être résolus comme des phénomènes connus, naturels ou artificiels. Enfin, d’après l’ONU, 150 millions de personnes auraient été témoins d’une apparition d’OVNI dans le monde depuis 40 ans… Il y aurait eu 4 millions de témoins en France pour la même période, et plus de 1000 dépositions d’atterrissages auraient été enregistrées par les brigades de gendarmerie…



O

Effets OLFACTIFS.

Dans quelques cas d’observations rapprochées ou d’atterrissages (environ 5% des cas), on constate des odeurs, qui ressemblent souvent à du soufre ; mais il y a aussi l’huile, l’amande amère, le benzène, l’ozone, ou les circuits électriques surchauffés…

OPNI.

Il n’y a pas que des objets volants non identifiés : il y a aussi les OPNI, objets plongeants non identifiés, aussi appelés OMNI (marins) ou OSNI (sous-marins). Les descriptions sont les mêmes, seuls les lieux d’apparition diffèrent.


P

PANNES.

Les OVNI sont à l’origine de certaines pannes constatées : d’électricité, de voitures, de radios, de télés et de nombreuses autres perturbations. Quant aux « pannes d’OVNI », il en existe aussi, mais on pourrait supposer que dans la plupart des cas, il s’agit en fait du « coup de la panne », c’est-à-dire que le phénomène imite les activités humaines (voir à mimétisme), et voudrait plutôt, dans ces cas-là, se montrer aux témoins (voir à intentionnalité du phénomène).

PARALYSIES.

Des témoins affirment avoir été « paralysés » lors de leur observation ; dans certains cas, ce sont des « rayons lumineux » qui les ont paralysés. Mais le problème est complexe : s’ils ont été dans l’incapacité de bouger, ils n’ont en rien perdu le déroulement de leur observation, conservant la vue, l’ouïe, la respiration, etc. On devrait donc parler plus d’akinésie temporaire que de paralysie ; certains spécialistes se sont d’ailleurs penchés sur ce problème.

PARASITAGES.

Le phénomène OVNI semble très souvent « intelligent » et se cache aussi derrière des phénomènes naturels et artificiels d’origine humaine (lune, soleil, avions, ballons, rentrées atmosphériques, etc.) de telle sorte qu’il est difficile de faire la part des choses : les ufologues ont appelé ceci le « parasitage du phénomène » (voir également à mimétisme).

PHOTOS D’OVNI.

Qui a dit que les photos ou les films d’OVNI n’existaient pas ? Il y en a des centaines, dont la majorité est inexploitable (mauvaise qualité, mais aussi manque d’éléments « probants »). De nombreux clichés analysés ont pourtant montré une absence de trucage et il est donc faux de prétendre que les documents sont tous douteux. Il y a plusieurs catégories de photos : celles qui reproduisent exactement le phénomène observé visuellement, celles sur lesquelles le phénomène observé n’apparaît pas et, à l’inverse, celles sur lesquelles des phénomènes apparaissent alors que le photographe n’avait rien remarqué à l’œil nu (on les appelle les « photos surprise »).

Lieux de PREDILECTION du phénomène OVNI.

Les OVNI semblent « préférer » certains endroits plutôt que d’autres pour atterrir ou survoler et certains chercheurs ne se sont pas privés d’émettre des hypothèses les plus diverses. On appelle « lieux de prédilection », ou « lieux stratégiques », les endroits où les OVNI semblent avoir été remarqués plus souvent ; le problème est qu’il y a une infinité de lieux de prédilection : aéroports, cours d’eau, réservoirs, lacs, étangs, barrages, voies ferrées, lieux faillés, lignes à haute tension, centrales nucléaires, camps militaires, etc…


PROJETS militaires et civils sur les OVNI.

Officiellement, les OVNI n’existent pas, c’est bien connu ; pourtant, de nombreuses commissions, tant militaires que civiles, ont été créées depuis les années quarante, d’abord aux Etats-Unis, puis dans le reste du monde. Certaines se voulaient « orientées » dès le départ, d’autres se voulaient objectives… On peut citer, pour les Etats-Unis : GRUDGE, MAJESTIC, GOLDEN EAGLE, BLUE BOOK, AQUARIUS, WHITE STORK, STORK, SIGN, HENRY, POUNCE, MAGNET, SETI, et pour la France : le GEPAN et le SEPRA.


PSI.

La psychologie des témoins a été étudiée pour tenter de trouver une explication aux phénomènes observés ; certains ont parlé de « psychose collective » pour expliquer les OVNI, qui est une hypothèse comme une autre. Il faut signaler ici que dans la majorité des cas, les témoins ne présentent aucun symptôme de névrose ou de psychose et sont donc des individus sains d’esprit. Cependant, certains n’ont pas manqué de faire remarquer qu’il pourrait exister un pourcentage non négligeable de « sujets psi » parmi les témoins, sujets qui seraient donc « prédisposés » à voir des OVNI, ou vivre des expériences d’ordre paranormal plus généralement. Il ne faudrait donc pas nier ce phénomène, même si les socio-psychologues ont parfois voulu réduire la totalité de ces expériences au psychisme humain. Ils ont eu raison de tenter cette hypothèse (même s’ils n’ont pas tout résolu), rejetée par leurs opposants qui affirmaient alors qu’il était bien inutile et dangereux de vouloir expliquer un mystère par un autre mystère… Le débat, à l’heure actuelle, fait encore rage dans les milieux ufologiques.



R

RADAR (détections).

Il y a les observations nocturnes, diurnes, les rencontres rapprochées… et les détections faites par radar. Il en existe de nombreux cas, qui proviennent de l’aviation, soit civile, soit militaire. C’est souvent grâce à de telles détections que la stupéfiante vitesse des OVNI a pu être calculée, ainsi que confirmer des observations visuelles.

RENCONTRES RAPPROCHEES.

On s’est tenu, pendant de nombreuses années, à la classification élaborée par J. Allen Hynek, qui avait établi trois catégories de rencontres rapprochées :
1) les rencontres rapprochées du premier type, lorsque les OVNI sont observés d’assez près (à moins de 150 mètres) ;
2) les rencontres rapprochées du deuxième type, lorsque les OVNI laissent une trace visible de leur passage (atterrissages, traces sur le sol, effets sur les témoins,…) ;
3) les rencontres rapprochées du troisième type, celles où l’on signale la présence d’êtres doués de mouvement (ovniens, ovnautes, occupants, ufonautes,…)
A ces trois catégories, il fallut bientôt y en ajouter une, plus récemment :
4) les rencontres rapprochées du quatrième type, celles où sont rangés les « enlèvements » des témoins à bord des OVNI. Si cette classification est récente, cela ne veut pas dire que les cas n’existaient pas auparavant.

RPV.

Les Remotely Piloted Vehicles sont des véhicules radio-pilotés, très secrets à l’époque mais sur lesquels on commence à obtenir des informations. Equipés de caméras et de nombreux appareillages électroniques, ces engins ont été conçus pour opérer sur des champs militaires… ce qui ne les empêche pas d’évoluer dans le ciel un peu partout ! Très légers, très maniables, silencieux, certains d’entre eux sont apparus sur des clichés depuis quelques années. Il s’agit là de quelques objets volants… difficilement mais nettement identifiés.


S


SECRET.

Petits et grands secrets liés aux OVNI ont cours depuis de nombreuses années. C’est un fait que plus personne ne nie ; même la CIA (Central Intelligence Agency) s’est intéressée très tôt au sujet, puisqu’elle a collecté les renseignements liés aux OVNI, instauré des groupes spéciaux de recherche, infiltré les groupements privés d’étude, monté des opérations « Projets Noirs » (programmes secrets d’armement), désinformé les populations… Bref, qui sème le vent récolte la tempête, mais qui sème le secret ne récolte que le doute…


SECTES et OVNI.

Le phénomène OVNI a souvent été exploité par divers mouvements religieux et des sectes, ce qui a eu pour effet de discréditer l’ufologie en général et d’opérer chez certains un amalgame entre chercheurs et adeptes illuminés… Il est vrai qu’il n’est pas facile de faire la part des choses parmi toutes les associations existantes, des plus sérieuses aux plus occultes.

SEPRA.

Le GEPAN créé en 1977 devient le SEPRA en 1988. S’il continue à recueillir l’information et à se déplacer sur les lieux en cas d’observation d’OVNI intéressante, le SEPRA ne publie plus de plaquette d’information et s’éloigne des associations privées, du public, pour resserrer ses liens avec la Défense. Le Service d’Expertise des Phénomènes de Rentrées Atmosphériques change encore de nom pour devenir le Service d’Expertise des Phénomènes Rares Atmosphériques avant de se mettre en sommeil en 2004.


T


TELETRANSPORT ou TELEPORTATION.

Il y a « télétransport » lorsque le véhicule du témoin semble ne plus toucher le sol, où s’opère une « perte de contrôle ». Certains véhicules auraient ainsi été transportés d’un endroit à un autre, avec à leur bord des témoins, conscients ou non. Très peu de cas sont concernés.

TRACES sur le sol.

De nombreuses traces ont été relevées après le passage des OVNI et, bien évidemment, suite à des atterrissages. On trouve une majorité de cas de « sol écrasé », d’ « herbe tassée », de « trous » et autres « empreintes », mais aussi une « flore modifiée », une « stérilité du sol » et des dégâts divers (branches d’arbres arrachées, blé couché, etc.) Moins souvent, on découvre une terre durcie, des traces de passage, des traces de radioactivité et des débris divers de matériaux.



U



UFOLOGIE.

L’ufologie est l’étude du phénomène OVNI (UFO pour Unidentified Flying Object en anglais), et l’ufologue celui qui se consacre à cette étude. Il existe des ufologues partout dans le monde, regroupant toutes les sensibilités ; la plupart ne sont pas « spécialistes », et on peut même dire que toute personne qui s’intéresse au phénomène OVNI peut se prétendre ufologue. Dans ce milieu se côtoient « sceptiques» et « croyants », ce qui fait à la fois la force et la faiblesse de l’ufologie…


V

VAGUES d’OVNI.

Si le phénomène est universel et permanent, il n’empêche pas de constater des « pointes », en certains lieux, ou à certaines périodes : ce sont les « vagues »… Pour exemples : 1897 (vague d’ »airships » ou vaisseaux aériens sur les Etats-Unis), 1905 (Pays de Galles), 1909-10 (Angleterre, Scandinavie, Nouvelle Zélande), 1939-45 (vague de « foo fighters »), 1949 (URSS), 1947 à 1950 (Etats-Unis), 1950 (USA, Espagne, Afrique du Nord), 1954 (France), 1965-66 (Etats-Unis), 1973-74 (Etats-Unis et Europe), 1977-78-79 (Italie), 1978 (Argentine), 1979 ( France et Espagne), 1990 (Belgique et France), etc. qui sont les grandes vagues, mais il peut y avoir des vagues très concentrées sur quelques jours (voir par exemple l’enquête dans cet ouvrage sur la vague de l’automne 1994). Questions : n’y a-t-il toujours que des vagues, ou des enquêteurs au  bon  moment et au  bon  endroit pour rapporter les observations ? Un article dans la presse n’incite-t-il pas lui aussi d’autres observateurs à témoigner ? Il faudrait peut-être prendre en considération les grandes vagues nationales, et davantage se méfier des vagues très localisées…

BOUSQUET
Membre Ovni-Languedoc
Membre Ovni-Languedoc


Voir le profil de l'utilisateur http://ovnilanguedoc@canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum